Tsok

Déc 4, 2021
admin

Tsok (Tib. W, Wyl. tshogs, de Skt. gaṇacakra, Tib. ཚོགས་ཀྱི་འཁོར་ལོ་) – une pratique importante du Vajrayana d’offrande et de purification pratiquée en particulier les 10e et 25e jours du mois tibétain.

La signification du Tsok

Toutes les pratiques sur le chemin de la bouddhéité sont des méthodes pour rassembler les accumulations de mérite et de sagesse et pour purifier nos obscurcissements. Ces deux processus d’accumulation et de purification vont de pair; à mesure que nous accumulons plus de mérite et de sagesse, nos obscurcissements diminuent automatiquement.

Comme nous l’avons mentionné précédemment, le Mantra secret Vajrayana comporte d’innombrables méthodes habiles et puissantes qui, si elles sont pratiquées correctement, peuvent rendre le processus d’accumulation et de purification incroyablement rapide et direct. L’une de ces méthodes est la pratique du tsok, qui est principalement une pratique d’offre. Ce n’est cependant pas seulement une pratique d’offrande; c’est aussi une méthode puissante pour purifier notre samaya. Parfois, on dit que la meilleure méthode pour purifier samaya est l’offrande de feu, et la pratique du tsok est l’offrande de feu intérieure. »Le tsok est une pratique très riche avec de nombreuses couches de sens, et elle peut être pratiquée à différents niveaux. On dit qu’en tant qu’êtres ordinaires, nous ne sommes capables que d’imiter la pratique réelle du tsok, qui est effectuée par les dakas et les dakinis.

Le mot sanskrit pour la pratique du tsok est ganachakra, qui en tibétain est ts tsok kyi khorlo. Le mot ཚོགས་, tsok signifie « une accumulation » ou « un rassemblement, une assemblée ou un groupe », et le mot འཁོར་ལོ་, khorlo signifie littéralement « roue ». »Donc, la traduction littérale est quelque chose comme « roue de l’accumulation. »Selon le grand maître Jamgön Kongtrul, ce terme se rapporte au niveau intérieur de la pratique du tsok, et à la génération de vastes « rassemblements » de bonheur qui sont comme des « roues » qui coupent le réseau de nos pensées trompeuses et de nos émotions contaminées.

Les quatre Rassemblements

Les enseignements expliquent que « tsok  » fait référence à quatre types de rassemblements différents, ceux de:

  • 1. praticiens,
  • 2. substances offrant,
  • 3. divinités, et
  • 4. mérite et sagesse.

Le Rassemblement des Pratiquants

Dans les enseignements, cela est connu sous le nom de « rassemblement d’individus fortunés » car seuls les êtres ayant la plus grande fortune peuvent se rencontrer et pratiquer le chemin Vajrayana. Les pratiquants tantriques masculins et féminins se réunissent pour célébrer la fête de tsok le dixième jour de la lune croissante et le dixième jour de la lune décroissante, ainsi que lors d’anniversaires spéciaux dans le calendrier bouddhiste.

Tsok peut également être offert en remerciement chaque fois que nous obtenons des signes d’accomplissement dans notre pratique, ou pour la purification chaque fois que des signes d’une altération ou d’une rupture de samaya se produisent.

Une partie importante de la pratique est la perception pure, de sorte que chacun est considéré selon sa nature éclairée — tous les pratiquants masculins comme des dakas qui incarnent des moyens habiles, et toutes les praticiennes comme des dakinis, qui sont les incarnations de la sagesse.

Il est dit dans les tantras que les pratiquants masculins doivent s’asseoir à droite et les pratiquants féminins à gauche, face à face, avec le maître vajra au centre et face à l’assemblée. Les praticiens doivent porter leurs meilleurs vêtements pour fournir un lien propice à l’accumulation de mérite.

Certains maîtres disent que les praticiens devraient siéger par ordre d’ancienneté, selon le moment où ils ont reçu pour la première fois l’autonomisation dans le Vajrayana, ou selon leurs niveaux d’expérience et de réalisation et leurs qualités de praticien.

Il est préférable d’avoir un nombre égal de pratiquants masculins et féminins, car cela symbolise l’équilibre entre les moyens habiles et la sagesse.

Nous devrions considérer le lieu où nous nous réunissons non pas comme une salle ou un bâtiment ordinaire, mais comme le lieu sacré où Guru Rinpoché lui-même pratique la fête tsok, en compagnie de dakas et de dakinis infinis.

Le Rassemblement des Substances d’Offrande

On parle traditionnellement de rassemblement des « substances délicieuses « .’

Il fait référence à la nourriture et à la boisson qui seront offertes par les praticiens pendant la pratique. On dit que les substances comestibles représentent des moyens habiles et que les liquides représentent la sagesse. Il est important que l’offre comprenne de nombreuses substances différentes, en particulier, dit-il dans les tantras, la viande et l’alcool.

Les enseignements soulignent également que nous devons être généreux dans nos offrandes et ne pas offrir seulement un peu de quantité avec une attitude avare. Nous devrions essayer d’éviter de polluer les offres avec des concepts dualistes limités, en pensant que quelque chose est trop bon ou trop cher à offrir, ou même que quelque chose est trop sale ou impur, ou seulement en offrant des choses que nous nous aimons et en laissant de côté toutes les choses que nous n’aimons pas.

Il est important que nous considérions les substances comme des offrandes et non comme des aliments et des boissons ordinaires. Anticiper manger ou boire le tsok est ce qu’il dit dans la pratique du Narak Kong Shak est un comportement de « loup tsok ». Kyabjé Dilgo Khyentsé Rinpoché dirait que cela inclut également de réunir des tasses et des assiettes avec les offrandes, ce qui montre que l’on pense déjà à les consommer.

Le Rassemblement des divinités

On l’appelle traditionnellement « le rassemblement des divinités qui sont la source des réalisations. »Le mot « rassemblement » signifie que nous n’offrons pas seulement à une seule divinité, mais à un mandala entier, ou même à plusieurs mandalas de divinités, chacun composé de la divinité principale avec la suite. Il est important que nous ayons une image — une statue, une peinture thangka ou une photographie du mandala ou de notre propre maître racine — chaque fois que nous offrons tsok, comme support pour la pratique.

Le Rassemblement du Mérite et de la Sagesse

Le rassemblement final est le résultat des trois premiers. La pratique du tsok est une méthode très puissante pour accumuler le mérite et la sagesse.

Les définitions du mérite varient, mais en termes simples, nous pouvons penser que les pratiques d’accumulation du mérite sont les aspects les plus conceptuels de la pratique — visualisation, génération de dévotion et de compassion, offrande, confession, etc. — et les pratiques d’accumulation de sagesse sont les aspects les plus non conceptuels, tels que la dissolution de la visualisation.

À un niveau plus profond, nous accumulons le mérite en ne saisissant rien pendant la pratique, et nous accumulons la sagesse en restant avec une référence non conceptuelle.

Les avantages de la pratique du Tsok

Le principal avantage de la pratique du tsok mentionné dans les tantras est l’accumulation de mérite avec une focalisation conceptuelle ainsi que l’accumulation de sagesse au-delà de la focalisation. Il ne pourrait y avoir de plus grand avantage que cela.

Dans les termas, on trouve également mention d’avantages inimaginables. Par exemple, il est dit que Guru Rinpoché lui-même viendra bénir les pratiquants de tsok, ou que le lieu où le tsok est exécuté deviendra exactement le même que le ciel de Zangdokpalri de Guru Rinpoché. Et Yeshé Tsogyal a dit que pratiquer le tsok une seule fois ferme la porte aux renaissances inférieures. On dit aussi que la maladie, la famine et la guerre seront pacifiées et que tous les souhaits des pratiquants seront exaucés sans le moindre obstacle.

Notes & Références

  1. Voir Gyalwa Changchub et Namkhai Nyingpo, Dame du Lotus-Née: La Vie et l’Illumination de Yeshe Tsogyal, traduit par le Groupe de traduction Padmakara, Shambhala 1999, page 204.

Enseignements donnés à Rigpa Sangha

De nombreux enseignements sur le tsok ont été donnés au Rigpa Sangha, notamment:

  • Khenpo Palden Sherab, Rigpa Londres, 14 mai 1985
  • Nyoshul Khen Rinpoché, Tenby, Pays de Galles, 26 mars 1986
  • Kyabjé Penor Rinpoché, Londres, 18 novembre 1988
  • Orgyen Tobgyal Rinpoché, Lerab Ling, 13 juillet 2002
  • Sogyal Rinpoché, Lérab Ling, 9 août 2012

Pour en savoir plus

  • Guide de la pratique du Vajrayana pour le Rigpa Sangha (Lodeve: La Fiducie Tertön Sogyal, 2006), section 6. « Tsok » (basé sur les enseignements d’Orgyen Tobgyal Rinpoché, avec des ajouts de Kyabjé Trulshik Rinpoché et de Khenchen Pema Tsewang).
  • La signification du Tsok et Comment Pratiquer le Tsok Simplement (Lodeve: Le Tertön Sogyal Trust, 2007)
  • Gonpo Tseten Rinpoché, Le Bouquet d’Udumbara ou La Vie de Guru Rinpoché et la Signification de l’Offrande Tsog (1981)
  • LotsawaHouse-tag.png Série Tsok sur la Maison Lotsawa
  • Offrande de Cent Mille Tsok par Orgyen Tobgyal Rinpoché
  • Prière Dakini Tsok par Orgyen Tobgyal Rinpoché

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.